Mai 8, 2017

Posted by in France | Commentaires fermés sur Accouchement à domicile, tout savoir

Accouchement à domicile, tout savoir

Accouchement à domicile, tout savoir

Une grande tendance accouchée chez soi, une façon de retour à la source, plusieurs célébrités se sont tournées vers cette méthode plus naturelle et moins traumatisante, parmi eux Demi Moore, Pamela Anderson, Julianne Moore, Patricia Arquette et Gisele Bündchen. En France, sur 820.000 naissances par an, seulement 1 à 2 % optent pour un accouchement chez soi, entourer par leurs familles.

L’accouchement à domicile revient de plus en plus à la mode, pour ce sentiment d’intimité et d’authenticité qui est rassurant pour la future maman.

À la recherche d’une expérience naturelle et en famille, ce choix d’accouchement permet aussi d’impliquer le papa à participer dans les différents moments de l’accouchement et de participer dans la venue de son bébé.

Comment ça se passe ?

Une fois la décision d’accouchement à domicile est prise, vous devez au premier lieu, vous adressez à une sage-femme libérale ou un médecin qui pratique des accouchements à domicile. En France, la pratique n’est pas autorisée si les conditions de la naissance ne présentent aucune difficulté (Grossesse gémellaire, présentation du bébé par le siège, ou menace d’accouchement prématuré, hypertension…).

Le jour de l’accouchement, il faut préparer une alèse plastifiée, des serviettes et une bassine. Le reste du matériel sera ramener par la sage-femme. Vous pouvez choisir la position qui vous convient pour accoucher, mais généralement avec la force de gravité, c’est plus facile d’accoucher en position en siège qu’en position allongée comme à l’hôpital.

Toutefois en cas de complication, la sage-femme pourra, vous transférez dans une maternité.

Quels sont les risques ?

Malgré que la menace de mortalité des nouveau-nés reste mince, par ailleurs il est plus élevé à domicile qu’à l’hôpital, en effet selon les chercheurs, 3.9 cas pour 1000 accouchements à domicile, contre 1.8 cas à l’hôpital.

Par contre, plusieurs spécialistes en gynécologie trouvent que ce choix est une véritable prise de risque comme a déclaré le professeur Cabrol, chef de service des maternités de Port-Royal et de Saint-Vincent-de-Paul à Paris : « Je ne pense que du mal de l’accouchement à domicile ! Quoiqu’on en dise, cela n’est pas sans risques ». Mais il faut toutefois souligner que 10 % des accouchements à domicile finissent à l’hôpital suite à une complication survenue lors de l’accouchement.

Mais aussi beaucoup de féministes trouvent que cette pratique est rétrograde et dangereuse pour les femmes comme a souligné Elisabeth Badinter « Jamais on y rappelle que dans le monde une femme meurt en couches chaque minute, et que chaque jour dix mille bébés décèdent de complications lors de l’accouchement »

Certes, cette méthode a montré une diminution au recours à la césarienne, puisque 5.4 % seulement de future maman ont accouché à domicile avec une césarienne.

Ce choix d’accoucher à domicile doit surmonter le problème de la diminution du nombre des sages-femmes libérales, qui ne sont qu’une soixante en France.

 

Remboursement

Contrairement à ce qu’on peut penser l’accouchement à domicile coûte plus cher que d’accoucher dans une maternité hospitalière. Il faut compter entre 750 € et 1200 € par accouchement dont 313 € sont remboursés par la sécurité social Cependant certaines sages-femmes ajustent leurs tarifs selon le revenu du couple.

Pour tous les dépassements d’honoraire, il vaut mieux contacter les compagnies d’assurances (Filiassur assurance, MMA, Assuramut…) et communiquez la date approximative de la délivrance, et de leur informer de votre choix d’accoucher à domicile. Sans toutefois oublier après l’accouchement, d’inscrire votre nouveau-né, si vous avez un contrat d’hospitalisation familiale comme celle proposé par Filiassur, afin que votre nouveau-né bénéficiera de la couverture familiale.

Comments are closed.